Pratiques et usages de certaines maisons d'édition

Doctorants, vous avez peut-être été sollicités ces derniers temps par des maisons d'édition pour publier votre thèse...

Ces maisons d’édition vous proposent par mailing d’éditer gratuitement votre thèse et d’en obtenir un exemplaire gratuit.
En réalité, c’est davantage un système d’impression à la demande que d’édition. Si vous acceptez, votre thèse sera proposée à des tarifs assez onéreux sur différents sites de vente en ligne.

Sachez que ces maisons d’édition ne se soucient aucunement du contenu proposé (pas de contrôle ni de politique éditoriale clairement définie) et toute thèse soutenue sera acceptée. Ces éditeurs souhaitent avant tout ajouter un maximum de titres à leur catalogue et faire ainsi des bénéfices importants. Une redevance est promise sur leur site. Néanmoins,  beaucoup d’auteurs n’en perçoivent pas car il faut avoir vendu un certain nombre de documents pour pouvoir l’obtenir et la majorité des doctorants n’atteint pas ce quota.

Nous ne pouvons que vous conseiller de bien choisir votre éditeur et de réfléchir à ce qu’il vous apporte en termes de visibilité de votre travail, d’impact et de reconnaissance par vos pairs. Votre travail sera d’autant plus visible si vous acceptez de le diffuser sur des plateformes d’archives ouvertes (HAL, Thèses.fr) au moment du deuxième dépôt de votre thèse.

Renseignez-vous avant de publier (par exemple auprès du Service à la recherche du SCD et restez vigilant !

 

LA BU vous conseille

Vérifier le degré de crédibilité d'une revue

http://thinkchecksubmit.org/

https://www.qoam.eu/ (revues en open access)

En savoir plus sur les éditeurs prédateurs

FNS, "L'appétit grandissant des éditeurs prédateurs", 02/12/2016.

Alex GILLIS, "Des universitaires se font avoir par des revues frauduleuses". Affaires Universitaires, 12/01/2017.